Antonio Scurati: M. L’enfant du siècle

Lauréat du Prix Strega 2019.
Plus de 500 000 exemplaires vendus. En cours de traduction dans 41 pays.
En cours de traduction dans 40 pays.

Benito Mussolini


Il est comme une bête : il sent le temps venir. Il le flaire. Et ce qu’il sent, c’est une Italie épuisée, fatiguée de la caste politique, de la démocratie à l’agonie, des modérés ineptes et complices. Il s’impose donc comme le chef des irréguliers, des voyous, des incendiaires et même des « purs », les plus crétins et les plus cruels. Lui, en revanche, il est décrit dans un rapport de la Sécurité publique de 1919 comme « intelligent, de forte constitution, bien que syphilitique, sensuel, émotif, audacieux, facile à apprécier et à détester, très ambitieux, sentimental dans l’âme ». Lui, c’est Benito Mussolini, un ancien leader socialiste qui avait été viré du parti, un infatigable agitateur politique et le directeur d’un petit journal d’opposition. Cela ferait de lui un personnage de roman s’il n’était pas l’homme qui, plus que tout autre, a marqué de son sang le corps de l’Italie. Chaque aspect de sa vie a été disséqué au travers des essais.

1919 – 1925

Personne, cependant, n’avait jamais traité la parabole de Mussolini et du fascisme comme s’il s’agissait d’un roman. Rien n’a été inventé sur le drame dont le premier acte fatal se déroule ici, entre 1919 et 1925 : rien de ce que dit ou pense Mussolini, rien des protagonistes – d’Annunzio, Margherita Sarfatti, un surprenant Matteotti pour son courage ainsi que pour les obsessions qui le dévorent – ni de la pléthore de squadristes. Le résultat est un roman documentaire qui impressionne non seulement par la quantité infinie de sources dans lesquelles l’auteur puise, mais surtout par l’effet qu’il produit. Racontant l’histoire du fascisme comme un roman, pour la première fois de l’intérieur et sans aucun filtre politique ou idéologique, Scurati dévoile une réalité écartée depuis des décennies et refonde notre antifascisme.


Droits cinématographiques et télévisuels
 vendus à Wildside/Fremantle.

Press


« Une véritable leçon d’antifascisme sous la forme d’un roman ». – New York Times
« Un exposé historique magistral, un livre extraordinaire et stimulant » – Le Figaro
« 800 pages extrêmement puissantes, soutenues par un souffle, une fougue, une énergie et une lucidité qui ne faiblissent jamais » – Le Point
« Un succès littéraire incontestable » – El Paìs

Antonio Scurati

Antonio Scurati (Naples, 1969) a grandi entre Venise et Ravello. Il est professeur de littérature comparée et d’écriture créative à l’Université libre des langues et de la communication IULM, chroniqueur pour le Corriere della sera. Auteur de romans et d’essais traduits en plusieurs langues. Son roman M. L’enfant du siècle est en cours de traduction dans quarante pays et deviendra une série télévisée. En septembre 2020, est paru M. L’homme de la providence (Bompiani).

Autres Traductions


Il tempo migliore della nostra vita (Bompiani 2015): Croato (Fraktura), Giapponese (Seidosha) // Il padre infedele (Bompiani 2013): Spagnolo (Libros del Asteroide), Croato (Fraktura), Sloveno (Mladinska Knjiga Zalozba D.D.) // Il bambino che sognava la fine del mondo (Bompiani, 2009): Portoghese (Euthalia-Novadelphi), Tedesco (Rowohlt), Serbo (Clio) // Il sopravvissuto (Bompiani, 2005): Coreano (Nangiyala) // Il rumore sordo della battaglia (Mondadori, 2003/Bompiani 2006): Spagnolo (Alianza)

FONTE e INFO: www.newitalinabooks.it        www.iicnewyork.esteri.it      www.bompiani.it

Gli ultimi articoli

Similar articles

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Subscribe to our newsletter

Instagram